Vous êtes ici : Accueil / Séminaires / Séminaires passés / 2016-2017 / 12/06/17 Sylvain Garel (Univ. Pierre et Marie Curie)

12/06/17 Sylvain Garel (Univ. Pierre et Marie Curie)

Titre: Impacts des hyperthermaux du début de l'Eocène sur les environnements continentaux de l'Europe du Nord-Ouest (à la Doua, salle Darwin D83)
Quand ? Le 12/06/2017,
de 14:00 à 15:00
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Impacts des hyperthermaux du début de l'Eocène sur les environnements continentaux de l'Europe du Nord-Ouest

 

 

Le début de l’Eocène (de 55.8 à 52 Ma) fut une période marquée par une série d’évènements hyperthermaux rapides et éphémères. Durant ces évènements, les températures moyennes globales ont pu augmenter de 7 °C par rapport à celles de la fin du Paléocène. De plus, ces hyperthermaux sont tous caractérisés par des excursions isotopiques négatives du carbone (CIE), liées à l’émission massive de carbone organique dans l’atmosphère. Le plus important de ces hyperthermaux, le Maximum Thermique du Paléocène Eocène (PETM ; 55.8 Ma), est connu comme le plus rapide des réchauffements climatiques du Cénozoïque causé par le relargage de gaz à effets de serre, ce qui en fait un bon analogue du réchauffement climatique actuel. Il est notamment associé à une extinction massive de foraminifères benthiques, à une acidification des océans et à l’apparition des ordres modernes de mammifères tels les primates.

En Europe du Nord-Ouest, de précédentes études ont révélé que certains hyperthermaux sont enregistrés dans les sédiments continentaux et lagunaires riches en matière organique du Sparnacien. Afin de déterminer les conséquences de ces évènements sur les environnements et climats régionaux, une approche multi-disciplinaire incluant sédimentologie, palynologie, géochimie organique, moléculaire et isotopique (δ13C et δ2H) a été appliquée à 4 sites de Normandie et de Picardie.

Les résultats ont mis en évidence que les deux hyperthermaux observés, dont le PETM, sont associés à (1) l’eutrophisation des environnements, (2) des changements hydrologiques et floristiques hautes fréquences et (3) à la mise en place d’un climat à forte saisonnalité. Ces données ont ensuite été comparées à des données existantes d’autres sites d’Europe du Nord-Ouest afin de proposer un schéma régional de réponse des écosystèmes aux hyperthermaux.

Actions sur le document

LogoENS.gif

Département ENS
  • Directeur :
    Stéphane Labrosse
  • Secrétaire :
    Emmanuelle Lousson
« Octobre 2017 »
Octobre
LuMaMeJeVeSaDi
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
 

Outils personnels